Eh oui, votre vie financière se dessine dès l’âge de 20 ans, et c’est à partir de cet instant que se fera une division alarmante entre les futurs riches et les futurs pauvres. Voyons un peu comment mettre de l’argent de côté à un jeune âge peut grandement influer sur votre avenir financier.

Au début de la vingtaine, on sort de sa vie étudiante. On est à l’âge où le goût de la liberté est grand : l’envie de décider par soi-même où on va sortir ce soir, quand est-ce qu’on partira en voyage, quelle auto se procurer, quoi choisir comme premier appartement, et j’en passe. C’est aussi une période où on a la chance d’entrer dans le monde du travail sans avoir de trop grandes responsabilités financières, car si on habite encore chez ses parents, on a du jeu dans le budget. On a tellement de jeu que quand on reçoit la première paie à temps plein et qu’on la compare avec ses anciennes paies à temps partiel, celle de la vie étudiante, on se sent riche. Vous vous souvenez de cette sensation?

 

Mettre de l’argent de côté dès sa première paie

Maintenant, je m’adresse aux jeunes : toi, le vingtenaire, lis bien la suite.

Avec ta première paie en main, un beau 500 $ par semaine net dans tes poches sans aucune obligation financière, tout va se jouer comme par magie. Tes décisions détermineront si tu finiras riche ou pauvre plus tard. C’est à ce moment que ta raison devra être plus forte que ta passion; tout se jouera entre tes deux oreilles.

Après tout, 500 $ par semaine, c’est beaucoup quand tu n’as rien à payer, non? Tout à fait! Et c’est là que la majorité des Québécois de ton âge font l’erreur de se sentir « lousses » et dilapident leur paie partout où c’est possible (en s’achetant une belle voiture neuve, par exemple, car leurs amis ont fait pareil et eux aussi veulent flasher des photos sur Instagram). Ils voudront aussi faire des voyages, car c’est cool de voyager, on le voit sur les réseaux sociaux que tout le monde fait ça. Bref, ils voudront faire comme tout le monde, car ils veulent se bâtir leur propre identité, être reconnus par leurs amis et se sentir importants.

1 $ à 20 ans = 5 $ à 60 ans

À l’opposé, toi, tu seras rationnel et intelligent. Tu te demanderas à quoi bon dépenser sans aucun scrupule tout cet argent durement gagné en échangeant 40 heures de ton temps cette semaine. Tu joueras intelligemment au jeu de l’argent, donc oui, tu te gâteras, mais tu profiteras de l’occasion pour mettre de l’argent de côté et te bâtir un avenir financier, une liberté financière en devenir.

Et sais-tu quoi? Un dollar dépensé à 20 ans vaut plus de cinq dollars à dépenser à 60 ans. Si tu investis ce dollar à la bourse à l’âge de 20 ans et que ton rendement moyen est d’environ 5 % par année (rendement normal net d’inflation), ce dollar aura à tes 60 ans 5 fois sa valeur initiale grâce à la magie de l’intérêt composé. C’est extraordinaire, non?

Voilà pourquoi je dis que les classes sociales se divisent dès l’âge de 20 ans. Notre premier jeune adulte dépensera 500 $ par semaine sans réfléchir pendant que toi, son ami intelligent, tu épargneras 50 % de ce montant dans le but de l’investir à la bourse. Bien sûr, à long terme, épargner 50 % de ses revenus n’est pas réalisable à moins d’être ultra frugal ou de faire d’excellents revenus, car les obligations financières arriveront rapidement. Dans la trentaine, il y aura la maison, les bébés et j’en passe, donc si tu as déjà l’habitude d’épargner, tu n’auras pas de difficulté à épargner encore 20 % de ton revenu.

C’est ainsi qu’avec le temps qui avance, tu bâtiras ton indépendance financière, ton chemin vers la liberté, l’autonomie qui te permettra de ne pas dépendre de personne — ni même de ton emploi — pour vivre. Peut-être que ce jour arrivera à l’âge de 50, 55, 60 ou 65 ans, mais il arrivera au moment où tu souhaiteras qu’il arrive. C’est simple comme ça, car c’est toi qui décides. Tu as le pouvoir de choisir ce que sera ta vie financière, peu importe les gens que tu côtoies présentement ou les croyances qu’on t’a mises en tête depuis ton enfance.

 

Il n’est pas trop tard

Voilà pour mon message aux jeunes. Maintenant, peu importe l’âge que vous avez aujourd’hui, sachez que vous ne pouvez pas revenir en arrière, malheureusement, mais que vous avez toujours le pouvoir de changer les règles du jeu pour les années à venir.

Je vous lance les questions suivantes :

  • Avez-vous un plan financier devant vous?
  • Combien épargnez-vous présentement?
  • Pourquoi épargnez-vous?
  • Quels sont vos rêves, vos projets?
  • Qui vous accompagne dans la réalisation de votre plan de match?

Si vous ne savez pas trop quoi répondre à la majorité de mes questions, il est peut-être temps de prendre en main votre destinée financière et de vous faire recommander un bon conseiller en gestion et en protection du patrimoine qui aura à cœur votre succès et réussite financière.

Enfin, c’est aujourd’hui que vous devez avoir une prise de conscience financière, car si le passé n’a pas été garant de succès pour vous, il est encore temps de vous arrêter pour élaborer un plan d’action adapté à votre réalité et commencer à mettre de l’argent de côté.

 

Benoit Bérard
Le conseiller financier des gens aisés