En tant que conseiller en gestion et en protection du patrimoine, je me demande vraiment quand arrivera le jour où je prendrai ma retraite. À 42 ans, je ne vise pas encore une retraite de mon travail, mais bien une liberté financière — nuance.

Quand on aime ce que l’on fait, le travail n’est pas une corvée. Les lundis matin sont comme des samedis quand on aime notre métier, quand on se sent fier et valorisé, en pleine maîtrise de nos actions.

 

Un arrêt… ou un nouveau départ

Pour ma part, je vois plus la retraite comme un changement de cap, un nouveau défi, un besoin de renouveau, le désir de passer à autre chose, tout simplement. Ce n’est pas aujourd’hui que je peux prendre cette décision, car qui sait si je voudrai travailler jusqu’à 55, 60, 70 ans ou même davantage? Un élément que je sais, par contre, c’est que je veux être libre financièrement le plus rapidement possible. Pourquoi? Pour avoir cette liberté de choisir quand le moment sera venu de prendre la décision. Cette autonomie a un prix, c’est-à-dire ma discipline d’épargne d’aujourd’hui dans le but de faire des investissements judicieux.

Une fois cette liberté financière atteinte, la retraite du travail devient facultative et arbitraire. Si on aime ce que l’on fait, que c’est une passion, pourquoi arrêter à un âge prédéfini de 65 ans, par exemple? Je connais des gens qui n’ont jamais arrêté de travailler et qui sont en pleine forme à 80 ou 85 ans. Rien ne les motive à faire comme leurs amis retraités depuis maintenant plus de 15 ans. Au contraire, ils se sentent fiers de travailler et d’accomplir des projets au quotidien. Rien ne les empêche non plus de prendre de 10 à 12 semaines de vacances par année tout en ne travaillant que 20 à 25 heures par semaine.

Quand on y pense, pourquoi souhaitez-vous arriver à la retraite? C’est le cœur de la question, et il n’y a pas de mauvaise réponse, car vous seul savez comment vous vous sentez par rapport à votre carrière de travailleur après tout.

 

Prendre sa retraite tôt : vraiment?

Donc, quand une personne me dit qu’elle désire prendre sa retraite le plus tôt possible ou à 65 ans, je creuse la question en lui demandant plusieurs « pourquoi ». C’est ainsi que les vraies réponses sortent. Bien souvent, j’en arrive à me demander pourquoi elle travaille. Ça peut sembler bizarre à première vue, mais non, car si la seule réponse qui lui vient à l’esprit, c’est « pour gagner de l’argent », ça me confirme qu’elle n’est pas heureuse où elle est, donc pourquoi elle veut prendre sa retraite demain matin. D’un autre côté, si les réponses sont l’accomplissement de soi, l’éducation en continu, la fierté de réaliser des objectifs et de faire une différence dans la vie des gens, je sens alors que cette personne aime ce qu’elle fait, que son cœur est aligné à la bonne place et que les répercussions financières seront probablement grandes. En effet, plus une personne crée de la valeur autour d’elle, plus les retombées seront grandes — et pas seulement sur le plan du portefeuille, mais aussi sur celui du niveau de bonheur au quotidien.

Enfin, êtes-vous heureux dans votre travail? À quand la retraite? À quand la liberté financière? À quand votre plan financier pour y arriver? À quand vos responsabilités? La balle est dans votre camp et vous seul avez la liberté de choisir vos actions. Ces choix façonneront votre avenir et peut-être même votre retraite financière.

 

Benoit Bérard
Le conseiller financier des gens aisés